Blog - Géopolitique de montagne

 

Rubriques

Developpement durable ou décroissance soutenable?

Géopolitique de montagne


Derniers billets
- 01/04/2009 @ 15:24
Afghanistan : le bourbier ...
Géopolitique de montagne

Le Cachemire et sa guerre mystérieuse  -  par Nico

Introduction

Nangaparbat.jpg
Régulièrement, et notamment depuis 2001, un petit état qui n'en est plus un d'ailleurs défraie notre chère chronique occidentale, qui , comme nous le savons tous aime saucissonner les infos pour qu'on y comprenne rien. Un coup on parle d'Afghanistan parceque il y a eu une attaque "surprise"sur New York, d'un ex milliardaire saoudien, ex membre de la CIA, ex societaire d'une concession de pétrole partagée avec la famille Bush. Ensuite, on parle du Pakistan qui aurait "offert" son territoire en guise de base arrière logistique pour la capture de ce terroriste, alors qu'en guise de capture, on bombarde tout un pays pendant que les terroristes s'enfuient en mobylette.Soit dit en passant, personne ne se demande comment le Pakistan, qui n'a presqu'aucune ressource, fait pour vivre d'import de biens, et pour nourrir et équiper une armée de 612000 soldats et 513000 reserviste, sans compter l'arsenal de 12 ogives nucléaires.

armeeindienne.jpgOn nous parle ensuite des pauvres petits ingénieurs français tués dans un attentat à la bombe alors qu'ils aidaient à la construction d'un gentil sous marin nucléaire...au Pakistan.
Et maintenant, on parle du Cachemire, que se disputent l'inde et ce même Pakistan.Vous devez savoir, chers riders, que le Cachemire est à la base un véritable paradis terreste, pour tout amoureux de la montagne.Le kashmir était prédestiné au tourisme, et notament au ski.Cet état se trouve juste au dessus de l'état indien de l'himashal pradesh, présenté récemment dans skieur mag comme un haut lieu de l'héliski.

Comme de nombreuses régions montagneuses de part le monde, le Cachemire est voué à la misère et aux atrocités d'une guerre que ses habitants n'ont pas forcément voulu..car manque de bol pour les kashmiris, leur état fut partagé en 1947 entre l'Inde et le Pakistan..2 états qui se brandissent mutuellement leur arsenal nucléaire, et qui se mettent sur la gueule dans cette région magnifique depuis maintenat plus de 50 ans. Chose étrange, on entend rarement parler de cette guerre, et quand on en entend parler, on ne nous informe pas trop les raisons qui font que la lutte pour ce territoire soit si acharnée. A travers ce sujet, nous allons donc essayer d'éclairer votre lanterne, car nous avons affaire, dans ces régions qui pourraient être de super destinations de trip, à des reglements de compte et partages de zones stratégiques entre mafias des drogues, du pétrole et des armes, le tout chaperonnés par nos propres gouvernements, les US en tête avec leur taré de président qui n' a qu'un mot à la bouche; le même qui désignait les résistants face aux nazis il y an 50 ans: terroristes. Et oui, c'est une nouvelle dimension de notre magazine en ligne...plus géopolitique, plus engagée on va dire...on est la pour parler de respect de la montagne et des peuples montagnards oui ou merde?Alors allons un peu plus loin que les mégots de clopes sous les télécabine,si vous le voulez bien,et redonnons un peu de dignité aux disciplines que nous représentons nom de dieu.

roue_vie.jpgLe Cachemire est un territoire de la partie nord du sous-continent Indien, bordé au nord par l'Afghanistan et la Chine, à l'est par la Chine, au sud par les États d'Himachal Pradesh et du Panjab indiens et, à l'ouest, par les provinces de la Frontière du Nord-Ouest et du Panjab pakistanais. Sa latitude le place à peu prés au niveau de la Caroline du Sud ou du Maroc. Sa longitude moyenne est de 75° Est.

Le Cachemire est en grande partie montagneux et comprend trois parties : au sud, la région de Jammu (capitale d'hiver), dans le Moyen Himalaya, de population hindoue et musulmane, au nord, dans le Grand Himalaya, les hautes montagnes de la chaîne de Karakoram, et une partie du Ladakh, région de langue tibétaine. Le pays est traversé par le fleuve Indus (ou Sind 3040km) qui prend sa source au Tibet et se jette par un delta dans la mer d'Oman en traversant aussi le Pakistan. Toujours au centre on trouve la Vallée du Cachemire qui a une surface de 15.000 Km2 et une altitude moyenne de 1850 m. Cette Vallée en haute plaine arrosée par la célèbre Jhelum très riche et parsemée de lacs, de cultures et de prairies, est le foyer historique de la civilisation du Cachemire, à majorité musulmane aujourd'hui. Cette rivière Jhelum (Vyeth en Cachemiri) prend sa source dans la chaîne du Pir Panjal et comprend de nombreux affluents (Vishav, Romushi, Dudhganga, Sukhang, Lidar, Kishanganga, etc...) On ne peut pas évoquer le Cachemire sans parler des lacs qui parsèment le pays tels qu' Anchar, Mansbal, Dal lake à Srinagar, Nagin ou Wular. Ces lacs ont inspiré quantité de chants, poèmes et légendes à de nombr eux poètes et écrivains du monde entier.

L'Inde et le Pakistan revendiquent tous les deux la totalité du Cachemire qui fut partagé entre ces deux États en 1947. L'Inde contrôle la plus grande partie du Cachemire, sous le nom d'État de Jammu-et-Cachemire, et le Pakistan administre la partie restante (la partie nord-ouest), appelée Azad-Jammu-et-Cachemire (Cachemire libre). La capitale de l'État du Jammu-et-Cachemire est Srinagar en été et Jammu en hiver. Le centre administratif de l'Azad-Jammu-et-Cachemire (Cachemire Libre) est Muzaffarabad. Le Cachemire compte environ 12 à 13 millions d'habitants, y compris un million et demi de réfugiés au Pakistan et environs 500.000 expatriés à travers le monde.


Le célèbre K2Le Cachemire est riche en gibier, dont la chèvre markhor et l'ibex (chèvre sauvage), le cerf et l'ours. La plus grande partie de la population vit de l'agriculture (riz, maïs, blé et oléagineux). L'élevage, nomade dans les montagnes, englobe les buffles, les vaches, les moutons, les chèvres et la volaille. La vallée est renommée pour ses industries de laine et soie, son artisanat de luxe et ses lieux de villégiature. Les chaînes montagneuses sont nombreuses: Karakoram et Kyunlun au Nord Est avec des pics célèbres comme le K2(ou Godwin Austen 8611 m), Broad Peak (8047m) ou le Masharbram (7827 m), Zanskar qui sépare le Kashmir de la vallée de l'Indus, Nun Kun qui culmine à 7055 m. Nanga Parba à 8123 m. Des passes souvent très élevées telles que 'Nubra pass' à 5800 m ou 'Poat pass' à 5716 m permettent de traverser ces chaînes..

HISTOIRE contemporaine de base

Mis à jour en 1920, les vestiges des cités antiques de Mohenjo Daro et d'Harrapa (en territoire pakistanais) témoignent de l'occupation des rives de l'Indus dès 2500 avant J.C. Des rues qui se croisent à angles droits, un système d'évacuation des eaux usées, des greniers à grains, des fours; cela devait être une civilisation avancée. Elle disposait même de sa propre écriture pictographique. Le type des hommes de cette civilisation - brun et relativement petit - se retrouve aujourd'hui principalement dans l'Inde du Sud.
Vers 1500 avant J.C, les peuples aryens - haute stature et yeux bleus - venus de la mer Caspienne et de l'Iran, et originellement des régions celtiques, s'installent progressivement dans tout le nord de l'Inde. Petit à petit, l'inégalité progressant entre tribus, entre pauvres et riches et la formation des castes amènent de nombreux conflits qui ne sont réglés que par la mise en place d'un pouvoir central.

Problème de castes...
Le système des castes prend vite de l'ampleur et on finit par être classé dans une caste précise (les Brahmanes ou prêtres, les Kshatriya guerriers, les Vaishya agriculteurs ou les Shudra serviteurs) uniquement selon la classe sociale de ses parents. C'en est trop pour certains. Dès le sixième siècle avant J.C, deux Kshatriya - le Mahavira et le Bouddha - fondent des nouvelles religions bannissant le principe des castes: le jaïnisme et le bouddhisme. Avec à la base des principes simples: une vie modeste, la non-violence et la méditation, pour nous permettre de nous libérer du désir et du cycle des réincarnations.


Au monastère de Rizong. L'empereur Ashoka apparait comme un des plus grands convertis au bouddhisme. Vers 250 avant J.C, empereur de la dynastie Maurya, il rejoint cette religion naissante après avoir comtemplé, horrifié, les nombreux morts de la conquête de la région du Kalingua.

Beaucoup plus tard, au sixième siècle après J.C, et après une période de civilisation grecque, la dynastie Gupta met en place le second grand empire indien. Deux siècles d'alliances et de conflits. Une nouvelle caste voit le jour, les "intouchables" chargés des taches impropres et inhumaines. Les sciences progressent, principalement les mathématiques et l'astronomie. Un précurseur de Galilée, Aryabhatta, avance même que la terre tourne autour du soleil!

Un grand virage dans l'histoire de l'Inde du Nord a lieu avec l'arrivée de l'Islam au début du XIII siècle. Une conquète qui s'annoncait par des raids successifs depuis la traversée de l'Indus par les Arabes en 712. C'est l'époque des sultants et des dynasties musulmanes, et du choix d'une nouvelle grande capitale: Delhi. Une centralisation accrue et un contrôle des fonctionnaires permet un développement assez important. Un sultant, totalement insensible aux réalités de la vie, mènera le pays à un nouveau déclin. Les défenses de l'Inde s'en trouvent fragilisées, laissant la porte ouverte à de nombreuses invasions comme celle de Tamerlan en 1398.
Un des descendants de ce dernier, Zahir al Din Muhammad Babur, fonde le dernier grand empire indien, l'empire Moghol. Akbar le grand, son petit fils, illetré mais l'esprit ouvert, discute religion et métaphysique à la cour avec les représentants des différentes religions. Aujourd'hui, il reste avant tout le constructeur des magnifiques mausolés et mosqués du nord de l'Inde.
Au XVIIIème siècle, c'est la conquète par les Anglais, déjà sur place avec les grands comptoirs. Delhi tombe en 1803, l'Inde devient territoire britannique. Le Cachemire subit le même sort quelques années plus tard.manifpakist.jpg

Malheureusement, de "maitres" comme le furent les Moghols, les britanniques deviennent "occupants". De grands mouvements politiques apparaissent. Un jeune avocat sorti des prisons d'Afrique du Sud, Mohan Das Gandhi surnommé Mahatma - la Grande Ame - mêne l'Inde à son indépendance.

A la mi-août 1947, naissent l'Inde et le Pakistan.

...et de frontières
Des conflits apparaissent rapidement entre les deux nouveaux états à propos de la souveraineté du Cachemire. L'ONU impose alors une ligne de cessez-le-feu, reconnue par aucun des deux belligérants. Une partie importante du Cachemire - les régions de Gilgit et du Baltistan - se trouve depuis en territoire pakistanais. Aujourd'hui encore, la situation est conflictuelle et des Cachemiris essayent d'obtenir le rattachement au Pakistan.

Dans les années soixante, les troupes indiennes qui protègent la frontière indo-pakistanaise ne se doutent pas qu'un nouvel ennemi apparait: la Chine. Elle a déjà envahie le Tibet en 1950 et revendique l'Aksaï Chin (33.000 Km2), partie est du Ladakh. Elle y pénètre en 1962 et y est encore de nos jours...
themisgang.jpg
les Anglais ont poussé le Cachemire à se doter d'éléments de luxe pour accueillir les touristes (maisons-bateau) ce qui devint un commerce florissant pour ce territoire. Avant le début du conflit, tout était mis en oeuvre pour satisfaire les touristes aisés : Hélicoptères, Jeeps, golfs (le terrain de Golf le plus haut du Monde à Gulmarg situé à 4000m), piscines, ski alpin, ski nautique, croisières en péniche, promenades romantiques sur des lacs, trekkings à pied ou à cheval, bus, rafting...
Il est vrai que le pays avec ses paysages fabuleux, sa nature intacte et la tradition d'accueil de ses habitants mérite son nom de "Paradis sur terre". Malheureusement la situation de guerre que vis le pays depuis quelques années a fait fuir les étrangers. Le Cachemire tirait une partie importante de ses ressources du tourisme.On aperçoit que ce Paradis est en entrain de se transformer en un Enfer par les violances et l'occupation Indienne. Cette fuite de devises est en entrain d'appauvrir le pays et impose à de nombreux habitants une reconversion parfois difficile. Si vous envisagez partir pour voir les quelques hôtels touristiques, il est recommandé d'être très prudent dans l'organisation de votre séjour et faire attention à l'omniprésence de l'armée Indienne, au couvre feu imposé dans les villes, et aux nombreux groupes armés indépendantistes dans les campagnes, sur les montagnes et dans les villages. Bien sûr, tout cela ne prédispose pas à un séjour calme, d'autant plus que plusieurs touristes étrangers ont déjà été pris en otage et exécutés ou disparus. En effet plusieurs centaines de Cachemiris sont détenus dans des camps ou ont été massacré dont les touristes et journalistes.Sachez que l'armée Indienne élimine tous les témoins de cette occupation.




POUR ALLER UN PEU PLUS LOIN: Le coté obscur

L'asie centrale, dernière reserve de pétrole de grande envergure est le terrain de jeu ou se positionnent actuellement les grandes mafias en nous faisant croire à des guerres de religions qu'elles ont elles mêmes sponsorisées et encouragées depuis des années pour "préparer le terrain".Derrière le Pakistan, se tiennent les US, et l'Inde, se sentant à l'eccart du partage du grand gateau s'est décidée à acquerir cette zone stratégique.Le pakistan offre un accès à la mer du pétrole via l'afghanistan, le tout sous controle US...pareil pour l'inde.

,Au-delà du conflit Cachemiri, ce qui se joue sur le sous continent indien, c´est donc la colère d´une superpuissance, l´Union indienne, qui réclame, en agitant ses forces conventionnelles (1 million 300 soldats, 535 000 réservistes) et, à moindre degré, nucléaires (30 à 60 ogives, portées par des missiles balistiques, d´une portée de 2000 à 2500 km), une place de taille, à la table des des grandes nations, qui se préparent à se partager l´Asie centrale, en zones d´influence.
carte.jpg
Sommet d´Alma-aty.
La présence de l´armée américaine et de ses alliés en Asie centrale, Afghanistan, dans l´océan indien, aux portes nord-est et sud du Pakistan et, sans doute, secrètement, depuis toujours, auprès du général Musharraf, a comme bouclé stratégiquement la région.
Il y a une blague qui circule dans les milieux gouvernementaux indiens, au sujet de l´indépendance du Pakistan: "Si nous étions plus riches que les Etats-Unis et les pays du Golfe, nous achèterions le Pakistan."
La querelle avec le Pakistan, au sujet du Cachemire, le "terrorisme transfrontalier", et plus généralement, le phénomène politique de l´islamisme, sponsorisé, en sous-main, par les pays du Golfe, ne peuvent être justement appréhendés que si nous ne perdons pas de vue le Grand Jeu, cynique, de la grande puissance US, pour le partage, l´acheminement, le contrôle de l´or noir venant d´Asie centrale.
La dernière réserve mondiale.
En effet, le Pakistan n´a qu´une seule richesse, sa place stratégique (entre Iran, Afghanistan, Chine et Inde), son accès à la mer, l´océan indien. Vers lequel sera acheminé par pipe line, via un Afghanistan "pacifié", le pétrole d´Asie centrale, contrôlé par les compagnies américaines.
Le Pakistan est le carrefour de toutes les convoitises, de tous les complots, de toutes les influences.
Le Pakistan, pays de 140 millions d´âmes, mosaique de peuples, n´est qu´une formidable armée, composée de 612 000 soldats et 513 000 réservistes, dotée d´une frappe nucléaire (aux environs de 12 ogives, portées par des missiles balistiques d´une portée de 2300 km). Armée qui dirige le pays, presque sans discontinuité, d´une main de fer, depuis sa création. Au reste tous les opposants civils sont en exil ou en prison: Benazir Butto, Nawas Sharif.
Ce n´est pas avec ses maigres ressources : exportation d´esclaves, pardon de main-d´oeuvre peu chère et docile, essentiellement en direction des pays du Golfe, trafic de drogues et divers, que le pays peut bâtir, entretenir, équiper, de telles forces armées. D´autant que la plupart des biens de consommation courante viennent de l´étranger: pays du Golfe, Chine, ou du Sud-Est asiatique, exception faite des armes légères. Il est connu qu´ici il y a autant de boulangers, de tailleurs que d´armuriers, qui fabriquent à l´identique des fusils d´assaut Kalachnikov, de piètre qualité. Le port d´arme est libre chez les tribus (pachtounes) du nord-est, qui régentent la contrée selon leurs ancestrales coutumes. Reliques de la colonisation british, que jamais le gouvernement d´Islamabad n´a remis jusqu´à présent en question. Peut-être le fera-t-il sous la pression des américains à la recherche de Bin Laden...
Il est saisissant de comparer ici le luxe, la modernité, des complexes et installations militaires, d´Islamabad par exemple, avec les taudis de Rawalpindi, où s´entasse la population civile. Il existe une nette coupure entre le Pakistan militaire, moderne, américanisé, et la société civile, traditionnelle, qui serait, si on lui laissait le choix de son développement, plus influencée par les pays du Golfe. La grande mosquée blanche et futuriste d´Islamabad porte le nom du roi Faycal d´Arabie.
Le Pakistan, pays sans passé, né d´un rêve de poête et d´un avocat, Jinna, a toujours connu un trouble identitaire sur lequel a pu prospérer l´islamisme radical.

La plupart des officiers des forces pakistanaises ont été formés dans les académies militaires américaines et britanniques. Les pilotes de chasse, sur des bases européennes. La technologie nucléaire provient de France et de Chine. C´est dire que la puissance nucléaire pakistanaise est sous tutelle...

Les Etats-Unis, la Chine, l´Europe, les pays du Golfe sont responsables de la course effrénée à l´armement dans cette partie du monde.Hélas, face au Pakistan (3 guerres et demie) et à la Chine (2 guerres), l´Inde a cédé aux sirènes de cette folie. Toutefois, l´Union indienne, possédant des forces conventionnelles considérables, a toujours estimé le nucléaire, à la manière des soviétiques, sous son aspect classique de dissuasion stratégique.
A l´époque des premiers tests (1998), les experts occidentaux, qui avaient sans doute chaperonné le nucléaire pakistanais, s´étaient gaussés et avaient douté, ouvertement, des performances de la technologie nucléaire indienne.
A l´hivers et printemps 1999, le général Musharraf, chef d´état-major des forces pakistanaises lance, sans qu´on sache exactement si le gouvernement civil de l´époque était au courant, une opération de grand style sur la ligne de contrôle (Kargil). Cette opération a été menée conjointement par des troupes régulières, des militants cachemiris et des mercenaires islamiques.
Si l´opération militaire, qui visait à isoler le Ladakh, et à redessiner à terme les frontières avec l´Inde, a échoué, l´ échec a permis à Musharraf de renverser le gouvernement civil et de prendre les commandes du pays.
Le tout, depuis le début, sous le regard des américains.
De manière insidieuse s´installait dès lors, de part et d´autre, un équilibre de la terreur. Musharraf, le dictateur, parlant de l´autodétermination du peuple cachemiri et de son juste combat d´un côté, de l´autre, Vapajee, le chef du parti nationaliste hindou (BJP), parlant de terrorisme venu de l´étranger. La vérité comme toujours est ailleurs.
Le 11 septembre et l´intervention puis l´occupation de l´Afghanistan par les troupes américaines ont baissé les masques de la présumée indépendance du Pakistan. Musharraf se révèle ce qu'il a toujours été : un homme de Washington. Son gouvernement, un gouvernement fantoche.

Les menaces de Musharraf, au sujet du Cachemire, seraient-elles en fait, mine de rien, un pistolet américain sur la tempe de l´Union indienne afin qu´elle abandonne ses ambitions d´hégémonie sur la région et se tienne à l´écart du Grand Partage?

Surement....oh les super puissances, on se calme un peu???
Publié le 12/05/2008 @ 19:45  
Tous les billets  Prévisualiser  Imprimer l'article 
Archives
10-2019 Novembre 2019 12-2019
L M M J V S D
        01 02 03
04 05 06 07 08 09 10
11 12 13 14 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Billets des amis