Global-rider
Cosmic-ride

Fermer Organisation

Fermer Philosophie

Fermer Services

Fermer Projets

Videothèque
Photos
 Ride
 Moments magiques
 life
Visites

 316786 visiteurs

 5 visiteurs en ligne

Webmaster - Infos
L'or brun: la nourriture - La faim du monde

 

This text will be replaced
 




 

"Etant donné l’état actuel de l’agriculture dans le monde, on sait qu’elle pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficulté. Pour le dire autrement : tout enfant qui meurt actuellement de faim est, en réalité, assassiné." Jean Ziegler

emeutes-faim.jpgNombre d'entre nous "découvre" via des médias corrompus et avec un étonnement tout de même un peu hypocrite, les récentes émeutes de la faim, et l'augmentation du prix des denrées alimentaires,
pour exemple, et je le répèterai plus tard dans cet article, le riz a augmenté de 57 pcent entre janvier et mai 2008.
Pourquoi? parcequ'en plus de la surconsommation des agrocarburants importés (le top "in" du bobo mondain), les edge funds ont perdu beaucoup d'argent l'année dernière, notamment à cause de l'explosion de la bulle immobilière aux US (la crise des sub prime) et qu'elles se refont une santé en spéculant sur les marchés alimentaires...Le tout sur un fond de surendettement et de pillage organisé des pays du sud depuis quelques décennies.Sympa non? comme quoi tout se recoupe.
Or, il existe des personnalités qui tirent la sonnette d'alarme depuis bien longtemps, et qui le font en abordant la problématique de fond, et non en restant sur la superficialité du problème, comme le font celles, bien pensantes, qui nous font des piqures de rappel sur l'humanitaire sauce "dernière minute quand c'est l'urgence" sans aller plus loin parceque, la carrière vous savez......On se demande parfois pour certaines si  elles entament des actions purement désintéressées, ou s'il s'agit de refaire surface médiatiquement en vue de booster leur carrière...M'enfin, une ouverture médiatique vient de se profiler, ce qui va permettre d'argumenter.
Pour d'autres , on peut même dire que la conjoncture les oblige à agir de plus en plus adécouvert, ce qui en devient assez gerbant ...ne citons pas de nom.

Rapporteur spécial de la Commission des Droits de l’Homme de l’ONU pour le droit à l’alimentation, Jean Ziegler fait figure d’ovni au sein de cette très respectable institution. Il incarne ce genre de personnages publique qui va au fond du problème.
Député suisse trainant derrière lui 6 procès qui totalisant plus de 6 millions de francs suisse de domages et intérêts, ayant à son actif des menaces de mort les plus diverses comme on peut s'en douter, cet homme mène un combat depuis plus de 30 ans, pour montrer du doigt les dysfonctionnements du système capitaliste spéculatif, et les résultats de ces dysfonctionnements en ce qui concerne la faim dans le monde.Bref, nous avons affaire ici à un insider de la grosse machine onusienne qui essaie d'utiliser l'outil à bon escient.
Grace à monsieur Ziegler, on comprend que la faim dans le monde n'est qu'une sinistre supercherie résultant des politiques criminelles d'institutions telles que les banques mondiale et le FMI, déstinées avant tout à engraisser des récolteurs de dividendes et des administrations corrompues, tout en maintenant un contrôle total sur la chaine alimentaire.
Faisons donc le point sur une série d'nterviews qu'il a donné à la radio, ainsi que sur un DVD récemment sorti:" we feed the world " (que vous pouvez visionner dans son intégralité ci dessus).

ziegler.jpgQue nous apprend ce monsieur, et que nous apprend ce fascinant documentaire "we feed the world" ?
La première société transcontinale de l'alimentaire et de l'eau en bouteille est Nestlé.En regardant la fin de ce documentaire, vous pourrez constater le degré de cynisme de son PDG.
We feed the world est le leitmotiv de Nestlé, continental grains, monsanto, pioneer, soit les grandes multinationales de l'agro alimentaire. Un leitmotiv qui en dit long sur la condescendance et le complexe de supériorité qui habitent les hautes sphères de ces entreprises dont le passé n'est pas des plus propre, pour certaines d'entre elles.

Un postulat accablant: la surabondance alimentaire actuelle: une information totalement cachée par les médias.

Depuis gosse, on nous bassine avec la surpopulation mondiale. On nous explique qu'il n'y a pas assez à manger pour tout le monde. On nous explique qu'il n'y a pas assez d'eau potable pour tout le monde. Et surtout on nous présente l'occident comme une civilisation soucieuse de ces pauvres ères du tiers monde, incapables de subvenir à leurs besoins, qui se reproduisent en masse, et pour qui malgrés tout il faut bien trouver une solution (les pauvres bougres!).
Dans ce contexte idéeologique bien établi, la famine et la malnutrition sont aujourd'hui les arguments principaux utilisés par les spins doctors des multinationales de l'industrie agro-chimique productrice dOGM, pour imposer au public leur vision de l'agriculture. Car oui ces messieurs dames qui ont produit le phosphore pour les bombes incendiaires de la deuxième guerre mondiale, le napalm , et l'agent orange, entre autres, nous la jouent aujourd'hui "rois de l'humanisme" et ridiculisent les écolos anti OGM en se posant comme sauveurs de l'humanité.
Ainsi, de jolies pub, et de beaux sites internet, aux visuels bien épurés, nous présentent un futur propre et imprégné de pureté, ou tous les problèmes auront été éradiqués...et ou surtout une population en nombre raisonnable pourra enfin jouir du seul système viable: la démocratie à l'occidentale. Les maitres de la "spin" transcendent le savoir de leurs ancêtres.

feedtheworld.gifPourtant, une vérité accablante est publiée par la FAO....Accrochez vous bien: statistiquement, à la fin du siècle dernier, c'est à dire durant les années 90, nous sommes sorti de l'ère de la pénurie...mieux...nous sommes entrés dans l'ère de l'abondance.
Alors que nous sommes au jour d'aujourd'hui 6,2 milliards d'individus, l'agriculture mondiale produit pour 12 milliards d'individus.Oui, vous avez bien lu.Pourtant, curieusement nombre d'entre nous se demandent toujours comment faire pour régler le problème de la faim dans le monde, et certains font souffler comme un vent d'espoir en brandissant les ogm comme solution alors qu'ils empirent le problème .... et que, comme nous le voyons, le problème est déjà réglé d'un point de vue de volume produits (et c'est la FAO, c'est à dire l'ONU qui nous le dit!!!) !!

Comment sommes nous arrivés à cette situation de surabondance ? Quelles reflexions surviennent quand on contemple cet état d'abondance, sa non répartition évidente, et la morosité sociale du camp qui en bénéficie?

Nous sommes arrivés à cet état de surabondance grâce à 100 ans d'exploitation ultra libérale de l'économie et des ressources naturelles mondiales par des oligarques de la haute finance et par presque 20 ans de globalisation économique qui a permis à ces oligarques d'atteindre un niveau de pouvoir énorme leur permettant de créer et de pérenniser des mastodontes qu'on appelle les multinationales, véritables odes au productivisme le plus efficace. Les lois anti trust des années 20 n'ont eu de cesse d'être détournées.
les 5 grands groupes qui contrôlent l'intégralité de la chaine agricole et alimentaire que ce soit l'agrochimie et les semenciers en amont jusqu'à la production et la distribution en aval, sont tous étroitement liés à la "main invisible" de la bourse, et dans leur histoire, ils naissent de l'économie du pétrole.....Ils ont conquis le monde par le contrôle des matières premières, par la globalisation des règles et normes crées sur mesures pour leurs productions, et récemment par la création d'une législation internationale et d'un outil pénal qui permet aux entreprises privées d'attaquer les états nations pour leur imposer cette législation .je parle, entre autres de l'accord général sur le commerce des services (AGCS) mis en place en 1994 par l'OMC.
Notez que j'ai dissocié l'agricole de l'alimentaire car l'agricole, c'est aussi le coton; et ça c'est une autre histoire.Notez que je n'aborde pas la pharmacologie, elle aussi liée au pétrole, et qui nous met hors de contact avec toute forme de medecine naturelle...Encore une autre histoire.

Cette libéralisation globalisée, qui a mis longtemps à se mettre en place, a pu prendre son essor final suite à la chute du mur de Berlin (qui résulte d'une asphyxie du bloc russe en liquidité...asphyxie organisée via le pétrole et grâce à la complicité des Emirats arabes avec les USA ), ce qui a ouvert des territoires immenses à cette économie de marché basée sur la croissance, et qui ne pouvait plus survivre sans une guerre ou une expansion de marché. L'ouverture du bloc communiste à permis cette expansion de marché nécessaire.La guerre du golfe et celle d'Irak parachèvent en partie l'oeuvre...et mettre à genoux l'Iran serait la cerise sur le gâteau pour ce modèle économique stéroidé qui ne pourra jamais transformer la totalité de la population terrienne en classe moyenne à l'occidentale pour des raisons d'épuisement des ressources naturelles et de pollutions aux dégats collatéraux énormes ...et qui en même temps y est obligé du fait de son caractère croissant et linéaire ...de la pure folie.

Encore une fois, les chiffres sont là :Dans la première décennie de cette mondialisation (1992-2002): le produit mondial brut à doublé, le commerce mondial triplé et 6000 milliards de dollars de valeur de biens ont été échangés.
Actuellement, la consommation d'énergie double tous les 4 ans et la demande sans cesse croissante de pays comme la Chine ou l'inde ébranlent les mode de calculs les plus optimistes et font surgir le peak oil et l'agriculture au premier plan.
Statistiquement , à la fin de cette première décennie de la globalisation de l'économie, nous sommes passés de la pénurie à l'abondance, tout au moins en ce qui concerne la production agricole.
Instrumentalement parlant, cette globalisation représente donc un bond en avant énorme: créativité , savoir faire , technologies ,conquêtes...et notamment un résultat unique dans l'histoire: l'autonomie alimentaire mondiale (encore une fois: sur le papier seulement).cereales.jpg
Que de travail accompli dans la construction, la mise au point et la mise en oeuvre d'outils
-qui seraient fantastiques s'ils étaient utilisés selon leur fonction initiale: le bien être de tous , qui commence par le droit minimal d'accès à l'eau et à la nourriture de subsistance...
-qui seraient d'autant plus fantastiques s'ils étaient capables de se réguler en fonction des demandes qu'émet la nature à respirer, à se régénérer... une sorte d'alternance croissance, décroissance selon des cycles naturels...alternance qui n'empêcherait certainement pas aux ambitieux de s'enrichir dans les limites du raisonnable et à partir du moment ou un minimum vital serait garanti pour tous.
-Qui seraient fantastiques s'ils étaient peu à peu convertis vers des modes de consommation d'énergie réellement propres et innovants, vu que maintenant qu'on est à ce niveau (autonomie alimentaire mondiale...sur le papier), on peut prendre plus le temps pour se pencher sur des pistes laissées de côté du fait que le pétrole était facile d'accès et pas cher (je parle de résultats obtenus par des messieurs comme Nicolas Tesla).
Bref ,si on ne veut pas cracher dans la soupe, on pourrait dire que la bonne nouvelle de cette accélération asymptotique finale, c'est qu'il y a à manger pour tout le monde finalement, statistiquement parlant.
Seulement voila, les barons ne lâchent pas l'affaire, et d'ailleurs ce n'était pas dans leurs intentions initiales, et nous le voyons bien aujourd'hui.
Seulement voila, la consommation carnée et le verre de lait quotidien mêm pour les adultes, habitudes érigées en institution scellant le pacte de la classe moyenne à l'occidentale, sont là pour corrompre les masses et les rendre complices.
Quel travail inutile finalement(enfin, pas pour les minorités aux commandes) puisque ces outils aujourd'hui servent à asservir les masses, qu'elles soient esclaves de bas étages condamnés à la survie dans des conditions horribles ou esclaves de luxe condamnés au moule du consommateur version "classe moyenne à l'occidentale" . et tout ça pour quoi? un modèle croissant, linéaire ce qui est la négation d'un fait avéré: nous vivons sur une planète, c'est à dire un espace physique au frontières délimitées...quoiqu'on pense viendra le jour d'extraction du dernier litre de pétrole et du dernier gramme d'uranium...Personne ne peut contester ce fait.. Quoiqu'on pense, à part envoyer quelques amas de ferrailles en orbite desquels une capsule minuscule se détache pour se faire à moitié carboniser dans sa phase de retour dans l'atmosphère, nous n'avons pas atteint le niveau qui nous permettrait d'envoyer des supertanker interstellaires nous chercher du pétrole et des minerais dans d'autre planètes, à des années lumières de notre bonne vielle terre, et revenir nous livrer de quoi augmenter un réchauffement climatique dont les conséquences n'en sont qu'aux préliminaires ... personne ne peut contester ce fait, non plus.
Ce qui m'amène à cette question aux allures badines, mais qui néanmoins se pose actuellement : s'il n'y a pas de plan b, on fait quoi ce jour là?
batterie.jpgBref, je m'égare...donc en 10 ans le bond est vertigineux...on parle des 30 glorieuses, mais on n'ose faire face au bond en avant dernièrement réalisé, tellement celui ci pourrait faire peur de part l'ampleur de l'eccart entre les richesses créées, et la disparité du partage. Car inutile de se leurrer: ici, en occident, nos droits sociaux régressent, les services publics sont à vendre, les banques qui vacillent sont a nationaliser.. l'ambiance est morose...ce qui fait une grosse différence avec les 30 glorieuses , période durant laquelle le peuple a pu constater qu'il touchait une part croissante du gâteau et que la situation sociale et les services publics allaient en s'accroissant...C'est en effet là, entre autres que réside l'hypocrisie des hommes politiques de notre temps : nous faire croire à la baisse nécessaire de nos droits sous des prétextes tronqués (dette de nos pays, crainte face au terrorisme, montée de l'assistanat public) alors même que l'économie mondiale double son PIB en 10 ans et que les 500 plus grosses multinationales qui a elles seules totalisent plus de la moitié de ce PIB sont bien chez nous!!
On arrive même à un climat social ou une majorité d'électeur semble s'être plutôt offusquée des privilèges de certains fonctionnaires, de la part trop importante des assistés sociaux (rmistes, chômeurs, etc.), du caractère presque immorale d'une politique de réduction du temps de travail... et en sont venus à préférer voter pour une politique populiste qui exictait cette haine de bas étage, plutôt que de faire face à un état de fait mondial, dans une situation globale qui met au dessus des lois nationales, des trusts qui sont à l'origine de tous ces problèmes et à l'origine de tous les futurs problèmes auquels ces électeurs même auront à faire face.
Car quel est le coût de cet état d'abondance, et combien de temps va -t-il durer ? et à quoi sert l'abondance si elle ne profite qu'a une minorité et que les surplus sont détruits ou gâchés, ou encore sont cause de problèmes de santé publique (obésité, maladies cardio vasculaires,allergies etc..)?Quelle est l'étape suivante ? Les OGM? Quelle est la logique? N'y a-t-il pas une volonté de contrôle absolu de la part d'une minorité qui décidément avance de plus en plus à visage découvert, protégée par le voile répandu par les médias, think tank et autres services de relation public made in spin doctors?

Que nous disent les chiffres sur cette famine organisée?

famine.jpgToutes les 5 secondes, un enfant meurt de faim.
100000 personnes par jour meurent de faim.
1 homme sur 6 est gravement sous alimenté.
2,2 milliard de personnes vivent sous alimentés et dédient plus de 80pcent de leur revenu à l'alimentation.
Mais Surtout: l'agriculture mondiale actuelle pourrait nourrir 12 milliards d’individus sans difficulté (2700 calories/ jour).
Ces chiffres proviennent du "food report", un rapport émis par la FAO qui est la branche agricole de l'ONU. Dur à contester....il n'y a rien de plus officiel.
le riz a augmenté de 53 pcent , les céréales de 47 pcent (FOB soit sans les prix de transport donc imaginez quand on rajoute a cela le prix du pétrole en constante augmentation) entre janvier 2008 et mai 2008.
Dans ces conditions les émeutes qui ont eu lieues récemment ne peuvent que se reproduire. C'est le specte de 1792 qui se profile.
Du boulot en perspective pour les "contractors", les soldats démobilisés de retour d'irak ...c'est qu'il faudra bien faire quelque chose de ces vétérans désoeuvrés (ouuuuh, je suis cynique là!! m'enfin ils sont tout de même quelques dizaines de milliers n'entrant pas dans les statisiques de combat officielles).



Qui est responsable de ce crime contre l'humanité? Quels sont les enjeux? A qui profite le crime?

Car oui, s'il y a assez à manger pour tout le monde, et même largement (ce qui est le cas), laisser mourir tant de gens est un crime contre l'humanité.
Pourquoi donc les denrées alimentaires , pourtant en sur-volume quantitativement depuis 10ans, ne sont pas réparties entre tous.
Pourquoi les "pays du sud" qui bien souvent pourraient s'autosuffire, n'y arrivent pas? plusieurs responsables liés entre eux...
Ces responsables ont créés différentes sortes de problématiques, certaines récentes, d'autres présentes dés les fondations de l'économie globalisée, à savoir au début du siècle.
Faisons un rapide tour de ces problématiques.

Deux problématiques récentes dans l'alimentation: la sphère financière qui s'emballe et les agro carburants

1-La spéculation à outrance:

Il faut avant tout se rendre compte que nous vivons une époque de forte re-concentration de pouvoir...n'ayons pas peur des mots, nous vivons la re-feodalisation du monde.
l'année dernière les 500 plus grandes sociétés transcontinentales privées ont controlés 50 pcent du produit mondial brut (capitaux/brevets/marchandises/services).
Même les défenseurs de la libéralisation devraient arrêter leur litanie anti marxiste lorsque des arguments tels que ceux présents dans cet article parviennent à leurs oreilles. Ils devraient se poser, et réfléchir à un fait certain: s'ils ne sont pas dans les cercles d'élites qui décident...ils passeront à la moulinette eux aussi un jour ou l'autre car ce système ultra pyramidale n'épargnerat que sa propre tête en cas de crise grave.
Or, entre les vague des sub-prime , les comportements pour le moins étrange des multinationales du pétrole ces derniers temps, la probabilité de crise grave s'accroit.
Peu de personne n'ose réellement faire face à cet état de fait car dans toutes les grosses institutions (médiatiques, politiques, économiques) les responsabilités sont cloisonnées et dispachées à l'intérieur d'entités énormes, et beaucoup travaillent à leur insu pour cette machine aux motivations obscures. Par ailleurs, les vraies décisions se font dans des organisations opaques, non créées par le peuple, privées et aux membres non élus démocratiquement, avec en tête de liste officielle l'OMC, apparemment dirigée en sous main par des organisations obscures (CFR,commission trilatérale,groupe bilderberg etc.). Enfin, le peuple, malgrés qu'il ait été éduqué, semble préférer les berceuses et l'"entertainment" que lui délivrent les clowns de la jet set , qu'elle soit sportive, musicale, comique ou autre (oh...la je suis dur!).
L'ultra libéralisation du capital, c'est la possibilité pour ce dernier de grossir sans créer de richesses matérielles (infrastructures, industries) mais simplement en spéculant à court terme.Cela entraine l'émergence d'une nouvelle race de prédateurs financiers(les "edge funds") et cela entraine des mouvements massifs d'argent, ce dernier alant alors là ou les profits maximums peuvent se faire, sans chercher à voir si ces profits entrainent la construction d'outils pérennent pour l'humanité...ou la destruction de cultures ou d'économies locales.
la concurrence écnomique, c'est la guerre économique, et les multinationales sont les seigneurs de guerre en compétition constante, qui envoient au casse pipe leurs armées de travailleurs, qu'ils soient ouvriers ou traders..chacun essayant de faire au mieux dans sa catégorie, motivé par une possibilité de consommer à la hauteur que son environnement social l'a conditionné à le faire, et par l'aspiration à entrer dans une caste supérieure.
Dans ce paradigme, chacun , dans sa petite sphère carrièriste et/ou consumériste participe, de près ou de loin à ce massacre organisé.
L'argent va là ou le profit est maximal et rapide et à ce jeux, ce sont par exemple les consommateurs de viande (ceux qui ont le plus d'argent d'un point de vue mondial, c'est à dire nous depuis 30 ans, et la nouvelle classe moyenne chinoise et indienne depuis 10 ans) qui par leur comportement font croitre une demande, créent un appel d'air dans lequel la sphère financière s'engouffre. Celle ci, informatisée, robotisée et dont les humains qui la composent vivent coupés des réalités , dans des quartiers ou le champagne coule des robinets,devient alors comme une machine carnassière , comme un requin affamé rendu ivre par le sang .
La nourriture, comme toute marchandise faisant l'objet de spéculations depuis des accords internationaux qui datent de plusieurs décennies, il était latent qu'un jour ou l'autre, les pires des traders pourraient sérieusement s'y attaquer...et c'est ce qui se passe actuellement. Il suffit que certains aient besoin de se "refaire" , ce qui fut le cas cette année suite à la crise des subprimes , pour que des opérations de spéculation à la hausse ou à la baiise déstabilisent les cours, ce qui peut occasionner une faible hausse chez nous (le marché de la classe moyenne occidental doit être protégé pour des raisons de stabilité sociale)...et d'énormes hausses dans les pays du tiers monde (là ou se fait le business juteux, à la source des matière première, en amont des intermédiaires).
2-Les biocarburants
Concernant les agros carburants, il est triste de constater que les effets , qui étaient pourtant mesurables à l'avance puisqu'on connait la rentabilité, à l'hectare du mais en terme de production de "bio-machin", sont catastrophiques en terme d'alimentation. Les décideurs étaient parfaitement au courant des répercutions de la culture dédiée aux "bio-machins"...Une fois encore les lobbies de l'automobile ont mis la pression, voyant le marché juteux du bobo, trop content d'être flatté dans son ego en achetant sa voiture présentée comme "bio", flexifuel et tout le toutim par les agences marketing (alors qu'il ne s'agit que de l'adjonction d'un système qui chauffe l'huile avant de l'injecter dans un moteur diesel de base, comme monsiuer Rudolph Diesel le préconisait ou encore de carburation a l'alcool ...c''est a dire un retardateur d'allumage qui pourrait être installé sur tous les modèle essences existant sans avoir besoin de fabriquer de nouvelles voitures....demandez aux  vieux paysans du middle west  encore vivant les véritables raisons de la prohibition). Car évidemment derrière tout ça il y a la possibilité de mettre sur le marché un nouveau parc de véhicule, un nouveau carburant à la pompe alors qu'il existe des moyens de convertir assez simplement le parc existant...ce qui va à l'encontre de la sempiternelle "croissance", ou en tout cas une certaine vision de celle ci ou ce sont toujours les mêmes qui s'en mettent plein les poches.
On met donc le paquet sur la communication , la machine marketing se met en branle, elle pond des expressions, des concepts "bio ethanol", "voiture hybride" flexifuel"...des sites internets fleurissent, des pubs édulcorées et "cocooning" sortent, les trolls sévicent sur les forum et on martèle un thème central et récurrent : le "développement durable". Et vous savez quoi? ça marche!
Oui, vous l'aurez compris Pétrole=Chimie (textile,plastiques, médicaments chimiques, engrais,OGM,etc.)=industrie automobile (constructeurs, autoroutes, huiles de vidange, etc.)=complexe militaro-industriel.et ce n'est pas chez ces gens la que les casques bleu font des descentes que je sache (ouh, la je sens que je suis choquant!).


Des problématiques structurelles qui datent: La dette éxtérieure et le fantasme hégémonique des élites

1 La dette extérieure:

Dans les 30 années qui ont suivi la deuxième guerre mondiale, les pays occidentaux ont "donnés" à leurs anciennes colonies leur indépendance.
Un cadeau en fait bien empoisonné puisqu'il a été accordé à ces pays d'importants crédits , alors même qu'étaient mis en place par différentes manoeuvres (élections truquées, coups d'états, etc.) des dirigeants incompétents et corrompus, et alors même que ces pays, sortant de la "nuit coloniale" ne disposaient pas d'épargne...puisqu'il n'y avait jamais eu la possibilité pour les gens d'épargner.
D'entrée de jeux, l'argent fut gaspillé par la corruption, les dettes s'accumulèrent, et ne purent être épongées par une capacité d'absorbsion des crises qu'une réserve d'épargne est censée fournir.
Il est difficile, dans ces conditions de laisser les pays occidentaux, et leur organe de coordination, l'ONU, avec l'expérience qu'ils avaient de l'outil financier , s'en tirer à bon compte en accusant la corruption et l'incompétence des administrations post coloniales...C'est clair, ils savaient à l'avance, et les taux d'intérêts ont été fixés pour que ces ex-colonies détentrices de toutes les matières premières nécessaires à l'avènement des "30 glorieuses" restent sous le joug des ex colonisateurs et surtout des trusts soi disant démantelés qui avaient besoin de matières première quasi gratuites pour conforter leurs positions de maitres du monde, et nous concocter notre petit cocon dont nous ne voulons pas sortir.
Les dettes allouées devinrent donc irremboursables, et la sarabande des négociations pour réechelonner ces dettes permit aux pays occidentaux, et surtout aux multinationales, de maintenir un fort pouvoir sur leurs "ex" colonies, tout en adoucissant leur image aux yeux de leurs électeurs en demande de plus d'humanité et de démocratie dans les pays du sud.
Ce pouvoir s'est éxercé sur les dossiers prioritaires pour l'occident (pétrole, uranium, etc.) et sur des dossiers prioritaires pour ces pays (l'agriculture) afin de pouvoir les punir ou les récompenser.
Mais alors concrètement, la dette , c'est quoi , comment cela fonctionne-t-il?
c'est compliqué alors schématisons:
Parmis les 192 pays qui font partie de l'ONU il Y a 122 pays en voie de développement qui empruntent aux autres.
Cela représente une somme de 2100 milliards de dollars.
Dans la réalité, le pays le plus endetté est les USA (mais ils ne comptent pas car ils produisent le dollars qui est la monnaie de la dette...sachant que la réserve fédérale est un établissement qui a été privatisé en 1913, ce qui est assez hallucinant).
Lorsqu'il y a Impossibilté de remboursement des intérêts il y a possibilité de re-emprunt ...et plus un pays réumprunte, plus les risques sont importants pour la banque...donc plus les taux d'intérêts augmentent...jusqu'à la limite de l'insolvabilité..A ce moment là,et bien le "club de paris " et le FMI viennent et demandent de céder tel ou tel secteur public, par exemple....non pas à titre de remboursement de la dette, mais des intérêts seulement.C'est du pillage à échelle internationale.
Une fois cette situation d'insolvabilité bien en place, les responsables du FMI dictent donc aux gouvernement des lois afin de pouvoir réechelonner les dettes: ce sont les fameux plans d'ajustement structurels du FMI.
Or quelles sont les priorités de ces plans?
-la principale est la production importante et exportation de denrées pour l'occident (coton, canne a sucre, café arachide..bref les produits coloniaux),afin de pouvoir rentrer des devises qui sont immédiatement aspirées du fait du surendettement. Un habile jeux comptable qui fait croire qu'on leur achète des marchandises.
-Mais cela peut aussi devenir la production et l'exportation de denrées vers d'autres pays du tiers monde, apportant de l'eau au moulin de la bonne vieille politique de "diviser pour régner". Ce système est donc aussi une arme géostratégique de dissuasion, ou de punition, aussi efficace qu'une intervention militaire, ce qui est pratique quand on a pas suffisamment de troupes pour envahir les pays du sud (on s'en était rendu compte avec les colonies) .
De véritables armes silencieuses, utilisées dans une guerre silencieuse.
Dans ces conditions, l'agriculture de subsistance locale ne peut se développer ce qui induit que le tissu agricole local destiné à subvenir aux besoins alimentaires se déstructure, et donc le pays se voit obligé d'importer ces biens d'un autre pays dans la même situation que lui, voire dans certains cas de l'europe ou des US (et oui, nos agriculteurs subventionnés se retrouvent à vendre à des pays du tiers monde...des ventes payées avec l'argent que ces derniers nous empruntent et dont ils arrivent à peine à rembourser les intérets)...C'est aussi ça la mondialisation.
Partout ou le FMI impose un plan d'ajustement structurel , la famine augmente. Vous trouverez en bas de cet article 3 exemples concrets, chiffres à l'appui.
Or nos ministres des finances siegent au FMI et même actuellement c'est l'un de nos responsables politique qui en assure la direction nous sommes donc co-responsables de ces situations, en acceptant que les programmes électoraux maintiennent des zones d'ombres telles que "la position de la france au FMI pour le prochain mandat".
Comme je viens de le dire, actuellement, c'est même un français qui est à la tête du FMI, et les dernières mesures qu'il a pris furent de vendre une partie du stock d'or de cet organisme , afin d'obtenir des liquidités avec lesquels cet organisme va jouer en bourse alors que jusqu'ici, il s'était contenté de n'investir que dans des obligations d'intérêts...pas mal pour un socialiste, hein? Comme quoi le pseudo débat gauche droite est bien une farce destinée à nous faire polémiquer dans des conversations de "café du commerce" pendant que les vraies décisions se prennent à notre insu.

2 Une volonté de longue date de contrôle global de la population par des cercles d'idées et des intérêts privés

mais-ogm.jpgCe contrôle globale de la population est un vieux fantasme qui sévit depuis longtemps dans certains cercles élitistes.. c'est un fantasme qui tente activement d'être réalisé, et je vous invite à consulter cet article à ce sujet.
Or, ce contrôle passe forcément par le contrôle de la chaine alimentaire, et nous touchons ici à un sujet aussi vaste qu'épineux.
Prenons un exemple révelateur: A qui a profité l'ultime politique mondiale d'interdiction de production du chanvre dans les années 20 et 30, alors que celui ci était utilisé industriellement depuis des siècles?
-A ceux qui prévoyaient la mise sur le marché des fibres synthétiques, pourtant souvent moins performantes, et surtout dont la plante-source (le chanvre) n'avait pas besoin ni d'engrais, ni de traitements chimique pour pousser sans problème.
-A ceux qui avaient investit dans la surmécanisation d'industries telles que le bois, et dans l'usage de produits chimiques (chimie =pétrole) dans sa transformation en papier.
-A ceux la même qui nous amènent les OGM obligatoires de nos jours.
Voulez vous que je continue la liste? cela me parait inutile....Suffisamment d'informations sont à notre disposition pour prendre connaissance des intérêts lobbyistes et des faux démantelement des trusts du début du siècle.
Cet exemple du chanvre révèle en tout cas la mise sous contrôle par des groupements d'intérêts privés de l'agriculture en général, non pas seulement et uniquement pour que celle ci améliore la condition humaine, mais pour qu'elle le fasse via la vente de produits en tous genre (engrais, fibres synthétiques, etc...) que contrôlent ces mêmes intérêts privés bien souvent issus des milieux pétroliers.
Ainsi, ces produits sont produits, conditionnés, transportés et mis à disposition des consommateurs uniquement dans une cadre de sur-utilisation de brevets déposés, et non en vertue d'un bon sens et d'une logique. Il en est de même pour les normes, qui sur utilisent les additifs alimentaires en vue d'écouler des produits issu de l'industrie chimique.
Il suffit de prendre connaissance du codexalimentarius (document international pour les normes alimentaires) pour se rendre compte de l'usage intensif de substance s dangereuses qui sont présentées comme normes obligatoires.
je pourrais extrapoler sur les intérêts privés et mouvements financiers pre et post guerres mondiales , et mettre juxtaposer des cartes géopolitiques, des conflits passés et présents avec des cartes de pipeline et d'approvisionnment, mettre en parrallèle certaines dates et faits que nos médias aiment saucissonner ....et parler de connivences entre les armes, le pétrole, l'automobile, la chimie, la drogue,etc...mais je vais essayer de canaliser ma rage et de rester concentrer sur le sujet présent qui est agricole.
néanmoins, il me semble que le mot mafias (au pluriel) me semble être approprié.



Les solutions pacifiques applicables à un niveau citoyen:
Et oui, que faire après avoir constaté cet état de fait?Et bien dans nos démocraties, il existe 2 manières d'agir (je parle du cadre légal).
La lutte idéeoligique, et l'action citoyenne la plus simple: celle qui consiste à nous battre avec nos portefeuilles puisque nous sommes réduits à un état de consommateur.
Je ne parle pas du bulletin de vote...aucun candidat n'étant capable d'apporter un vision internationale claire en englobant ce dont je viens de parler (à part José Bové), et par ailleurs nous votons très peu souvent alors que notre 5ieme république est faite pour un usage intensif du référendum.Et puis, pour parler du référendum, il y en a eu un il y a 2 ans...ce qui n'a pas empêché la signature de la constitution européenne au Portugal (traité de Lisbonne)il y a peu...en toute discrétion bien sur.

La lutte ideeologique

Elle peut revêtir plusieurs formes, et les sujets urgents, à mon sens, sont les suivants:
-La lutte pour l'annulation de la dette à travers la fustigation des faux arguments qui s'y opposent:
L'argument d'un banquier en face de celui de l'annulation de la dette est qu'on ne peut rien faire car si on appure cette dette, le système bancaire international s'écroule.
Cet argument est souvent repris dans les discussions par des gens qui oublient certains fait historiques récents.
Car qu'on se le dise, cet argument est faux. parlons du crach financier et boursier de 1987: la somme qui a été détruite par les chutes des cours des entreprises étaient 8 fois supérieures à la totalité de la dette...
or le système s'en est parfaitement remis sans grave conséquences mondialement parlant. Le système a donc la capacité à absorber sans problème l'annulation de la dette.
Ce n'est pas une question d'ordre structurel ...il s'agit d'une volonté.
Si la dette est appurée, il n'y aurait aucun problème, en d'autres termes: aucun épargnant européen ne perdrait. d'argent.
pourtant les banquiers font trembler les épargnants en leur disant que l'apuration de la dette entrainerait la perte de leur épargne.Car c'est bien de cela dont il s'agit quand on dit "effondrement du système bancaire"..Et ces derniers, hypocrites car c'est un privilège que de pouvoir épargner à notre époque, se refusent à aller plus loin dans leur réflexion et préfèrent se taire , par mauvaise conscience de ce double dialogue qui fait qu'ils ne veulent plus de famine d'un coté (qui le voudrait?), mais qu'ils ne sont pas prêt à lâcher ce qu'ils ont mis de coté pour qu'elle s'arrête, ce qui est assez rigolo(si vous me le permettez) sachant que cet argument même est faux puisqu'ils ne perdraient rien.
Et d'ailleurs, soit dit en passant, ils n'ont qu'a épargner dans des fonds de placement intelligents (solaire, etc...) et surtout non liés aux flux de la haute finance...m'enfin passons.
La conclusion est que la dette à juste une valeur de garot qui permet de soumettre les pays du tiers monde aux règles des spéculateurs, qui ont toujours une longeure d'avance, et qui en plus de ça jouent avec les catastrophes, voir même créent des catastrophes pour s'en mettre plein les poches.
La dette avec la faim organisée, est une arme de destruction massive. L'annulation de celle ci ne mettant pas en péril nos carnets d'épargne (enfin je dis "nos"...mais j'en ai pas), il faut annuler la dette.
Ces pays du tiers monde ont trop souffert de ce jeu malsain, et il est de notre devoir de citoyen de faire pression pour l'annulation de la dette éxtèrieure.
Les pressions doivent se faire par des courriers, mais aussi au quotidien, en refusant les consensus tout faits que nous machent les médias et qui se répètent dans les conversations de comptoir ou de salons.


-La lutte contre la mondialisation telle qu'elle est pratiquée, en évitant les débats stériles et dualistes entre doctrines libéralistes et socialistes
Cette lutte doit d'abord avoir un caractère de débat et dans nos démocratie, le débat à sa place ...on se demande même parfois, en observant la blogosphère, si ce n'est pas le nouvel opium du peuple.
La subtilité du moment est de pouvoir apporter un contre pouvoir idéeologique tout en évitant les clichés d'extrème gauche, et sans tomber dans des débats sans fin...C'est triste à dire, mais nous n'avons pas de temps à perdre avec de libéraux vieux jeux qui, dés que la discussion ne va pas dans leur sens , traitent ceux qui tentent une remise en cause de hippies, de marxistes, de communistes ou de toute autre insulte d'un autre temps...alors autant leur dire tout de suite : "je suis apolitique, je parle de résolutions logiques de problèmes logiques et structurels dans une optique d'accès à tous au minimum vital".
pourquoi discuter? Car à l'intérieur de ces mécanismes , il y a des individus.
Ces individus sont les rouages, plus ou moins conscients de cette machine infernale qu'est la globalisation et la mondialisation libérale.
Beaucoup d'entre eux ne sont pas des êtres dénués de coeur, ils sont passés à la moulinette des grandes écoles aux dogmes bien assis et ils ont besoin de prendre du recul...une simple conversation argumentée, dans un cadre détendu, peut aider ces personnes à reprendre pied avec la réalité que vivent la majorité de la population peuplant cette terre. Il semble tout de même au jour d'aujourd'hui que les preuves visibles s'accumulent.
Nous devons donc cesser de réagir à des stimulis ...et nos conversations d'hommes/femmes blanc éduqués sont truffées de stimulis destinés à nous prouver notre haut niveau d'éducation politique et notre capacité à aligner des concepts pré déterminés (doctrines , idéeologies...) le tout dans une ambiance quasi obligatoire de dualité..en gros "choisis ton camp camarade...et pour chaque sujet, il n'y en a que 2)....pffff assez!
Car en bout de chaine,il s'agit de violence structurelles et systémiques ou les acteurs appuient sur des boutons sans vouloir se rendre compte des conséquences,et en blâmant la peur du chômage pour se déresponsabiliser.
On voit même, dans la deuxième partie du documentaire "we feed the world" ou un haut cadre d'une multinationale de l'agro alimentaire, en mission dans les pays de l'est, et à quelques mois de la retraite, se lache et "balance tout"; que les executants de basses besognes savent tout de même, au fond d'eux, ce qu'il se trame, et qu'ils savent que ce qui se trame est mal...pourtant en bons éxecutants...ils éxecutent en échange d'un salaire et de l'accès au crédit dans une ambiance sociale douce.
C'est cette violence d'acceptation du conditionnement qu'il faut briser, et cela se fait en discutant avec ceux qui appuient sur des boutons dont ils oublient les conséquences sur le long terme et globalement....et en leur rappelant qu'ils pilotent la machine.
Pour décrire cette violence systémique, voici un exemple:
Nestlé, via des agence de trading disséminées sur les marchés agricoles ont spéculés à la baisse sur le café d'afrique de l'est...du coup les paysans de ces régions arrètent de cueillir du café qu'ils ne peuvent plus vendre, et ils vont dans les bidons villes. Par ce fait, Nestlé met des terres en friches , empêche des concurrents de s'implanter et empoche des liquidités.
Or si ces gens ne spéculaient pas à la baisse; nestlé, 275000 employés, 10000 marques (nescafé)...verrait ses profits baisser et donc son directeur serait viré (il gagne 26Millions d'euros/ans), entrainant avec lui toute une ribambelle de sous fifres dressés à la compétition, qu'on menace sans cesse de perte de poste en cas de non respect des objectifs, et qui savent bien que de jeunes diplomés à l'affut attendent derrière eux.
Dans les écoles supérieures de commerce, on bourre le mou à des étudiants avec des arguments tels que "c'est le marché qui décide"...les "lois naturelles du marché mondial"...cette main invisible que ces gens osent appeler "lois naturelles" et qui permet de déresponsabiliser de futurs traders qui réciteront par coeur leur laius ultra-liberaliste avec les ogm pour clouer le bec à tout éventuel contestataire...sachant que ces gens n'ont pas tendance à évoluer dans des troquets , mais plutôt entre eux dans des salons et autres clubs privés ..ce qui limite la possibilité de tomber sur un contestataire ou sur un débat d'idées au spectre plus large que celui de leur club privé ou l'on s'autocongratule et s'auto justifie en buvant du champagne entre 2 tranches de saumon.
Idéeologiquement, l'un des challenges majeurs de notre époque c'est de convaincre, en allant au dela des clichés sauce extreme gauche, qu'il faut libérer les forces de résistances des hommes et des femmes car il n'y a aucune naturalité dans les marchés...les marchés sont nécessaires, mais avant eux, il y a le contrat social qui garantie un minimum vital pour tous le monde ..ce contrat social fait la loi qui prévaut AVANT le marché. C'est la différence entre le système mis en place par les humains, et la jungle.
Par aillerus qu'avons nous vu recemment avec cetet crise financière? ceux qui pronaient la loi de la jungle ont ils assumés leur positions et sont ils morts du fait de leur faiblesse, de leurs erreurs? Non, il a fallu que nous vio nos gouvernement les renflouions en nous endettant nous et nous enfants...si les lis naturelles que ces pseudos darwinistes de la finance sauce ultra libérale avaient du s'appliquer , ils auraient disparus à ce jour.Quelle bande de lâches...et mentuers en plus.
Cette "main invisible naturelle " qui interdit les syndicats en chine, et qui delocalise à tour de bras n'est pas naturelle...il n'y a pas de forces naturelles il y a des acteurs identifiables qui doivent être soumis de gré ou de force au contrat social.
Comment eviter le cliché extrème gauche? en rappelant que l'enrichissement n'est pas une mauvaise valeur...elle le devient quand cet enrichissement se fait au détriment des autres.Ainsi, on pourrait comprendre une délocalisation si celle ci permet aux employés bulgares d'améliorer leur condition, et aux citoyens français de progresser dans leurs acquis sociaux et notamment , pour le coût l'aide aux personnes licenciées économiquement ... or on observe sur le terrain:
-Que des que les employés bulgares commencent à ébaucher une politique d'organisation pour améliorer leur condition, hop re-délocalisation, en chine...
-Que parallèlement, et pour masquer cette situation les chômeurs et les rmistes en France sont montrés du doigt par des travailleurs qui oublient un peu vite qu'ils peuvent passer à la casserole demain, et voient leurs situation se dégrader par la mise au pouvoir de requins qui jouent sur le populisme et la stupidité de ces derniers.
l'argument d'amélioration de conditions de vie pour justifier une délocalisation est de la meme mauvaise fois que celui des ogm pour résoudre le problème de la famine, et s'appuie sur la crédulité des masses et leur manque de culture quand au caractère international, globalisé et interconnecté de la réalité économique et politique actuelle.
Ce que l'ouvrier francais perd, le bulgare ne le gagne même pas. Pourtant globalement, la productivité augmente, le PIB double en 10 ans.... et c'est la que la minorité produit des richesses incroyables.
C'est cela qu'il faut dénoncer et dénoncer et re-dénoncer et replaçant toute discussion dans un contexte réellement global , évitant ainsi à d'éventuels beaux parleurs libéraux de s'en tirer à bon compte en tentant de recentrer la conversation à l'intérieur d'une zone géographique, ou dans un laps de temps restreint, ce qui fait passer ce genre de politique comme humaniste et bienfaitrice.Sur la longueur,et à l'échelle planétaire les faits prouvent qu'il n'en est rien.

La lutte systémique

consommez.jpgCette lutte doit aussi et surtout prendre l'aspect d'actes concrets. Ces actes sont nombreux, car le consommateur occidental , en fait détient le pouvoir...c'est uniquement l'acceptation passive de sa condition de consommateur qui en veut toujours plus, qui permet à se système "fou" de se mettre en place. Certaines décisions prises consciemment peuvent avoir des impact dévastateur sur ce système qui s'est trop emballé.

Voici un premier exemple concret:
les nouvelles classes moyennes (chinois, indienne) ont changé leur alimentation et consomment beaucoup plus de viande. Les conséquences sont déjà catastrophiques.
Ici, en France, cela fait seulement 2 générations que la viande est un aliment quotidien. Nos grands parents , traumatisés par les situations de sous alimentation sous l'occupation, on foncés dans l'abondance des 30 glorieuses et ont modifiés les habitudes alimentaires. Manger de la viande tous les jours est un acte normal, et les supermarchés débordent de victuailles pour carnivores.
Même si vous faites l'effort de vous fournir chez votre boucher de quartier pour justifier une consommation quotidienne, mais éthique de viande, outre le fait qu'il faut en avoir les moyens, les céréales nécessaires à l'approvisionnement en nourriture du cheptel français sont essentiellement à base de soja transgénique qui pousse essentiellement au Brésil...dans ce cas c'est un double impact: la déforestaiton de la forêt amazonienne et l'extension des ogm.
En mangeant de la viande souvent, vous alimentez tout le système pré-cité, et je ne parle pas du système médical dédié au cheptel (laboratoires= chimie...chimie=pétrole), ou encore de la consommation en énergie de la chaine du froid (camions réfrigérés, frigos dans les supermarchés).
Notre seul moyen pacifique de lutte c'est l'asphyxie des marchés par des actes de sobriété d'un point de vue de la consommation.

Si vous visionnez les films ci dessus, il y a donc un premier acte donc très évident pour celui ou celle qui bouille d'impatience d'agir..et cet acte tout simple est en fait celui de réduire fortement sa consommation de viande, en ignorant les arguments pro-viande basés sur l'apport protéique, puisqu'il est désormais prouvé scientifiquement que:
- des protéines hautement assimilables par le corps humain se retrouvent dans des aliments notament à base de soja (goutez un steack de tempé..franchement, s'il est bien préparé, c'est à s'y méprendre on dirait du poulet)
- Beaucoup d'energie est nécessaire au corps humain pour digérer la viande... à quoi bon manger quotidennement un aliment certes riche en energie, mais qui demande beaucoup d'énergie afin d'être digéré.
Cet acte ,en plus d'être un acte de santé, est un acte politique dont les conséquences peuvent être assez désastreuses pour ceux qui sont pointés dans cet article...et s'il vous plait ne succombez pas au chantage au chômage...de nombreux emplois sont à créer dans le solaire, les energies libres, le chanvre, etc... emplois autrement plus agréables que de bosser à la chaine dans des abattoirs.

Voici un autre acte concret:
traquer, refuser les produits ogm qui permettent à Monsanto ou Pioneer de remettre en esclavage financier un paysan (regardez ci dessus le reportage sur les paysans indiens qui se suicident après avoir fait confiance aux multinationales de grains ogm).
l'origne même de ce genre d'entreprise, et les hectolitres de napalm déversés sur le viet nam suffisent pour constater que ces gens là devraient plutôt faire profil bas..

Troisième acte concret:
Ne manger que des légumes de saison, et cultivés localement. Refuser les melons ou les fraises en hiver par exemple.
La encore, n'écoutons pas les chantages au chômage et à la misère que propagent les agences de relation publique sponsorisées par les industriels semenciers : les paysans du tiers monde et des pays en voie de développement savent cultiver, à partir du moment ou ils ont certaines infrastructures (irrigation) , et ils ont les grains qu'ils se transmettent de génération en génération....nous n'avons pas à les forcer à cultiver telle ou telle semence en utilisant tel ou tel fertilisant dans une ambiance de monoculture industrielle qui les rend dépendant du coût de telle ou telle matière première...
Nous ne les mettons pas dans la merde en boycottant leur produit...Nous empêchons les multinationales de leur imposer les OGM, de les exproprier de les transformer au mieux en ouvriers d'usine. Dans quelles conditions croyez vous que la famille brésilienne vie, elle qui avec d'autres fait pousser des melons transgéniques que vous achetez en hiver , dans des fermes usines, et dont les enfants ont des vers dans le ventre pour ne citer qu'un aspect choquant ? la situation sera-t-elle pire pour eux si les multinationales ferment? bien sur que non puisqu'ils auront accès à la terre qu'il savent de toutes façon cultiver pour leur subsistance...c'est l'expropriation de ces gens qui les rend malheureux. Et cette expropriation survient quand un marché financier se rend compte qu'il y a une "demande" de melon en hiver de la part des consommateurs occidentaux..demande bien souvent soufflée par la pub soit dit en passant.
Quand à nos agriculteurs, victimes et co-acteurs d'un système qui a véritablement tué les sols en Europe (puisque quasiment aucune exploitation ne peut être reprise en France sans traitement des sols), ils n'ont qu'a faire marche arrière...il en va de la pérennité de l'agriculture intra muros, à moyen et long terme et pour les générations futures.La encore, halte au chantage : des grands chantiers attendent de commencer...chantiers qui assimileront largement ceux qui ne pourront continuer telle ou telle activité..et nombreux sont ceux qui attendent un reparcellisation des terres pour construire par exemple des fustes autonomes et cultiver leur propre jardin

Les seules personnes qui ont à craindre l'annulation de la dette et la chute de la demande en viande en occident, ce sont les courtiers en bourse et leur donneurs d'ordre, ainsi que quelques centaines de familles aux poches plus que remplies de dollars, et au portefeuille immobilier plus qu'indécent...nous n'avons pas à avoir pitié de ces charognards ....et puis il y a aussi ceux qui ne veulent pas trop changer leur train train quotidien.
Donc on voit bien qu'en tant que consommateur, on n'a pas besoin d'être d'accord avec les thèses fondatrices de porto allègre,par exemple, que certains qualifient de "communistes " ou de "marxiste", pour essayer de faire quelque chose en toute liberté de pensée...quelque chose qui aura un impact.

Une autre solution assez simple à mettre en oeuvre: chercher à faire son propre potager, ce qui est largement possible , a condition de bénéficier de la complicité de propriétaires terriens convaincus que la lutte se passe sur le terrain, et pas seulement en allant manifester ou piétiner des champs...mais bel et bien dans des actions constructrices.

Ces exemples constituent la pierre angulaire d'un nouveau paradigme:qui est le suivant: Sommes nous capables, par des actes concrets et simples, de nous battre contre nos propres ambiguités à l'échelle individuelle , avant même d'accuser un système dont nous sommes les apporteurs de devise, ou que nous cautionnons par des habitudes non remises en cause par ego ou par crispation envers des concepts politiques complètement démodés et dont il n'est plus question (marxisme, communisme,etc.) ?
Il me semble qu'une partie de la génération dont nous faisons partie est prête à relever le défi..encore faut il lui donner l'accès à la propriété à un coût raisonnable, et dans une ambiance normative plus souple pour qu'on puisse construire des habitations autonomes et prouver que la décroissance , c'est pas un truc pour hippies qui veulent rien glander, mais bel et bien un modèle socio-economique qui a du potentiel pour ceux qui préfère lever le pied dans leur participation à tout ce massacre.


Pour conclure, et faire la boucle ainsi avec un sujet qui nous tient à coeur chez cosmic-ride.com, voici quelques extraits de la fin de ce superbe documentaire "we feed the world":
Peter Brabeck, PDG de Nestlé (leader mondial du secteur de l'eau en bouteille), conteste l'"avis extrême" des ONG qui souhaitent voir l'eau reconnue comme un droit public ("En tant qu'êtres humains, vous êtes en droit d'avoir de l'eau"), et, sans gêne, défend sa thèse : "L'eau est un aliment, elle devrait donc avoir une valeur marchande...".
Par ailleurs, et c'est l'exemple le plus frappant de la mauvaise foi de ce genre d'individu, en moins de 5 minutes, il pose sa société en apporteuse de solutions puisque créatrice d'emploi, puis s'extasie sur la dernière usine nestlé au japon qu'il présente comme le modèle ultime pour le développement futur de son entreprise en affirmant d'un air carnassier et satisfait qu'elle est celle qui génère le moins de problème car hautement automatisée et ne nécessitant quasiment aucun employé.... Son Ego l'a trahit et par la même ou voit bien quel fieffé menteur il est quand il tente de dresser un portrait humaniste de son entreprise et des ogm qui créeraient de l'emploi et regleraient le problème de la famine dans le monde.

A bons entendeurs, salut.

Nicolas Dollé

3 exemples concrets de la politique criminelle du FMI:

Au Niger ou 4 pcent du territoire est arable.
le niger étant en situation de dettes impayées, le FMI arrive, dissout de force, en privatisant, l'office vétérinaire (responsable de la santé des 20000 têtes de bétail du pays ) et de l'office des transports vivriers (transport des semences et des aides d'urgence).
----en cour de rédaction------

le Brésil:
Asphixié par sa dette, il devient un concurrent déloyal pour d'autres pays émergeants et met en péril sa propre pérennité écologique.
malgrés un président issu de la couche ouvrière, le pays n'arrive pas à sortir de l'impasse sociale dans laquelle il se trouve.
Sur les 122 pays en développement: qui cumulent 2100 milliards de dollars de dettes, le Brésil est numéro 2 en volume de dette.
Il est donc obligé de se tourner vers des productions qui lui amènent des devises, c'est à dire des productions exportables, alors qu'il a la capacité à subvenir à ses propres besoins en interne.
Il a déjà été forcé par le FMI, lors de précédents plans de réechelonnement de sa dette, de privatiser quasiment tout son patrimoine d'infrastructures, et notamment ses telecom et son industrie d'aviation.
tout a été privatisé sauf Petrobrass .Le secteur pétrolier.Le dernier bastion du Brésil.... le président en place faisant tout pour que cela n'arrive pas
Dans les dernières 3 années 16000h/an de forêt amazonienne sont devenus du soja .
Soja utilisé pour nourrir des poulets en batteries intra muros (dans des conditions effroyables), et une partie de cheptel bovin européen.
Les poulets sont dépecés: les bons morceaux sont envoyés en Europe.
Les autres sont envoyés au cameroun ou ils détruisent l'existence economique de milliers de familles au cameroun.
Or pourquoi cela arrive? a cause de la dette exterieur.
Et pourtant le président brésilien, qui n'a plus de doigts à la main gauche car il les a perdu à 14 ans quand il travaillait en usine, a été élu sur des valeurs ouvrière et coopératives.
Mais il est pris dans cette violence de la dette extérieure qui l'oblige à produire des devises.Et donc il doit mettre en route ce circuit de poulet surgelé.
Et tout ça pour quoi? pour rembourser les intérêts!

Le Sénégal:
Doté d'un potentiel agricole énorme...destiné à production d'arachides pour les industrie de l'agro alimentaire français.
Ces arachides sont en effets destinées à fabriquer des huiles utilisées dans nos industries agro alimentaires (plats préparés surgelés).
Dans ce contexte de monoculture rendue obligatoire par le FMi, suite à un surendettement organisé, Le Sénegal se retrouve forcé d'importer du riz pour son alimentation.


Sources:
"we feed the world." (documentaire visible ci dessus..mars 2008)

Jean Ziegler, "L’empire de la honte", éditeur : Fayard, parution : 2005

Max Annas et Erwin Wagenhofer "Le marché de la faim", éditeur : Actes sud, parution : 2007

Date de création : 08/05/2008 @ 21:22
Dernière modification : 17/08/2009 @ 23:19
Catégorie : L'or brun: la nourriture
Page lue 7909 fois

Imprimer l'article Imprimer l'article

Réactions à cet article

Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !